• Virginie Shirley

L’économie circulaire

380 milliards de dollars en matières premières en Europe pourraient être économisés grâce à l’économie circulaire chaque année.

Depuis la prise de conscience que chacun peut influer sur la préservation de nos écosystèmes, les usages des consommateurs finaux évoluent et sont les plus visibles. Que ce soit par leur appétence pour les circuits-courts ou leur volonté de réduire les déchets, ils influent sur les industriels.

Le modèle circulaire

A l’échelle de l’entreprise, l’engagement est global et implique d’opérer une amélioration continue à 360°, de la conception aux process de fabrication, en passant par les ressources humaines, les approvisionnements et jusque dans sa relation avec la société et les citoyens. L’entreprise doit désormais intégrer la réflexion zéro carbone du sourcing de ses matières premières au recyclage de ses produits.


Créer de la valeur positive

Dans la nature, tout est réutilisé. Sur ce modèle, l’économie circulaire est un concept large qui s’appuie sur l’éco-conception, le raccourcissement des circuits de distribution, l’écologie industrielle, la revalorisation des déchets, la réutilisation des objets, etc. C’est un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits, vise à réduire concrètement la consommation des ressources et les émissions sur l’environnement, tout en garantissant une innovation fondée sur la valeur et l’utilité et en développant le bien être des individus.


Réfléchir sur l’usage

Les industriels commencent à repenser la façon dont ils conçoivent, produisent les biens avec le moins de déchets possible, la façon dont ils les expédient et la fin de vie qu’ils leur donnent après-vente. Ils se mettent à anticiper la réparabilité dès la phase de conception.

Pour cela, la transition doit s’appuyer sur une économie de la fonctionnalité : vendre les résultats d'un produit plutôt que le produit lui-même, privilégier l’usage à la possession. L’enjeu est de produire mieux au lieu de produire beaucoup. En 2021, réparation, recyclage et longévité deviennent des facteurs clefs de développement.


Travailler sur la fin de vie des produits

Pour former une boucle vertueuse, gérer la fin de vie des produits est essentielle et les facteurs positifs poussant les professionnels dans cette voie sont multiples. Penser à revaloriser le produit dès l’amont permet de mieux anticiper les contraintes règlementaires, booster son image de marque, se différencier des concurrents par des services innovants de désassemblage et réutilisation du produit, favoriser une démarche d’éco-conception, et même optimiser les coûts, car concevoir un produit en réduisant son impact environnemental revient à mieux maîtriser ses composants et les flux utilisés dans sa fabrication.

2 vues0 commentaire