top of page
  • Photo du rédacteurVirginie Shirley

Ce que Martin, le hérisson voulait vous dire...




Ma vie du hérisson

 « Hey ! Bonjour les humains !

Petit, mignon, discret, piquant. Vous m’avez reconnu ? Je suis Martin le hérisson. Je vis à l’entrée de la clairière, c’est surtout la nuit que je m’active. Chaque soir, je pars en rando nocturne de 4 km pour faire mon marché. Devinez quel est mon dîner préféré ? …Les coléoptères, les araignées, les limaces et les escargots. Il m’en faut bien 70 grammes pour me rassasier. La moitié de mon poids !  À défaut, je me rabats sur les champignons et les fruits avec plaisir…

Évidemment, après un tel festin, je dors toute la journée, caché sous un tas de bois ou au pied d’une haie. D’ailleurs, c’est pour ça que les Anglais m’appellent « hedgehog », qui signifie le cochon des haies ! »

 


En mode défense

 «  J’ai une colle pour vous les humains. À votre avis, combien ai-je de piquants sur le dos ? Alors…une idée ?... Non ? ….Entre 5 000 et 7 000 ! Et si mon ventre n’en a pas, c’est pour me transformer plus facilement en boule de défense ! En me roulant sur moi-même, je peux résister à presque tous les prédateurs.

Et c’est pas tout : savez-vous que si je perds mes piquants, ils repoussent ! Je suis peut-être petit, mais,…costaud !

Allez, encore un dernier secret de hérisson : j’ai un autre truc mortel pour repousser mes prédateurs. Quand je suis menacé, si je n’ai pas le temps de me passer en mode boule, je peux faire semblant d’être mort ! Je bascule sur le dos, les pattes en l’air et je reste immobile. Ça marche à tous les coups !!! »

 


Quand je m'auto enduis

 « Connaissez vous ma technique très spéciale pour me protéger des parasites ?  C’est assez étrange. Je produis une grande quantité de salive et je m’en badigeonne tout le corps. Avec ma langue, je peux passer des heures à étaler la salive sur mes épines, sur mes flancs et sur mon dos. Cela s’appelle l’auto onction. Grâce à cette protection, plus de tics, plus de puces. Vous devriez essayer… »

 



M'accueillir à la maison

 « Hello, je suis caché, là, sous mon tas de branches…

Vous savez, dès que je sors de mon abri, ma vie est semée d’embuches. En ville et même dans le jardin, je dois déjouer toutes sortes de pièges. Il y a les voitures, la pollution, les piscines, les tondeuses à gazon, les pesticides...Et j’en passe ! Bref, un vrai parcours du combattant ! 

Pourtant, la nature a besoin de moi. J’équilibre la biodiversité et je préserve les plantations. Pas besoin d’insecticides avec moi. Je dévore limaces, sauterelles, charançons, et je m’attaque même aux vipères !

Je suis le meilleur ami du jardinier.

En échange, tout ce que je demande, c’est un petit coin tranquille sous un tas de bois ou un monticule de feuilles mortes et une coupelle d’eau. »

 

 

Mes vertus de hérisson

« Vous vous demandez peut-être pourquoi je suis un superhéros à piquants, non ? Eh bien, laissez moi vous éclairer. Primo, je suis le Ramasseur-en-Chef des petites bestioles gênantes. Les insectes, les limaces, les petits escargots qui se laissent aller...hop, dans mon ventre. C'est un service à la communauté des jardiniers, vous voyez ?

Secundo, ma garde-robe ! Oui, mes piquants sont comme une armure naturelle. Les prédateurs me voient et réfléchissent à deux fois avant de me mettre à leur menu. On peut dire que c'est du style défensif, n'est-ce pas ?

Et tertio, je suis un véritable expert en jardinage… En mangeant les petites bestioles, je les empêche de grignoter les racines et les plantes. En me nourrissant, je protège le jardin et vos plantations. C'est comme un cercle vertueux, avec un hérisson au milieu.

Donc, les copains, protégez votre hérisson local ! Nous ne sommes pas juste mignons, nous sommes aussi les gardiens discrets de l'équilibre naturel. Et ça, ça ne manque pas de piquants ! »

  




Une espèce parapluie

« Savez vous que j’appartiens à une espèce parapluie ? Non, pas un parapluie, une espèce parapluie. Cela veut dire que mes congénères et moi-même sommes reliés à tout un milieu naturel. Végétaux et animaux sont interdépendants. Les chercheurs en écologie savent maintenant qu’en protégeant une espèce animale menacée, ils protègent toutes les autres espèces qui partagent le même habitat. Inversement, l’extinction d’une seule espèce peut fragiliser tout l’écosystème d’un même territoire. Bref, tant que vous faites attention à moi, les autres animaux et les plantes qui vivent autour vont s’épanouir. Cela me donne une certaine importance, vous ne trouvez pas ? »

 


Dans mon bocage

 « Salut la compagnie ! Si vous ne me voyez pas, c’est sûrement que j’ai trouvé un abri tranquille pour faire ma sieste. À ce propos, savez vous ce qu’est un bocage ? C'est une zone rurale où les champs et les prés sont séparés par des talus, des haies et des taillis, avec aussi des bosquets d’arbres et d’arbustes sauvages ou fruitiers. Cette végétation est idéale pour abriter la biodiversité. À nous les hérissons, mais aussi aux écureuils, aux mulots, aux serpents, aux insectes, le bocage fournit des abris variés, des refuges et d’importantes réserves de nourriture. Ça me donne envie d’aller faire un petit tour sous la haie. »

 

 


 

15 vues0 commentaire

Comments


bottom of page