• Virginie Shirley

Presque tout sur le Solstice d'été !

C'est un paradoxe. Si Solstice vient du latin "soleil immobile" (notre astre atteint son point le plus élevé à midi et semble immobile), il est pour les humains, et depuis la nuit des temps, le rendez-vous du mouvement. Célébration païenne à Stonehenge, fête sans fin du Midsummer au nord de l'hémisphère Nord, jaillissement musical en France... Le 21 juin, on danse, on chante, on bouge.



Le même jour que la fête de la musique ?

En 1982, Jack Lang n’a pas été choisi cette date du 21 juin par hasard : pratiquement, il s’agit de la nuit la plus courte et de l’entrée dans l’été ; mais d’un point de vue symbolique, il s’agit surtout de la soirée qui aura connu, depuis l’aube de l’Humanité, le plus de fêtes et de réjouissances. Ce 21 juin, c’est le solstice d’été dans l’hémisphère nord, le jour le plus long dans cette partie du globe, avec 24 heures d'ensoleillement ininterrompu au nord du cercle polaire.


Lumière n’est pas chaleur

Lors du solstice d’été, la période d’ensoleillement dans l’hémisphère nord est plus longue que n’importe quel autre jour de l’année. Mais cela ne veut pas dire que la première journée d’été est la plus chaude. La planète absorbe davantage de chaleur en cette journée, mais cela prend plusieurs semaines pour la libérer.


Le Roi Soleil règne sur le monde

Dans le nord de l’Europe, on appelle le solstice d’été la mi-été (midsummer). Les adeptes du wicannisme à la Nouvelle-Orléans, l’appellent Litha. Dans la Chrétienté, on la nomme fête de la Saint-Jean, célébrant ainsi la naissance de Jean le Baptiste le 24 juin, avec de grands feux de joie, dans le prolongement de ce qui s’est fait depuis des millénaires. Bien avant, les Égyptiens de l’Antiquité faisaient commencer l’année ce jour-là et les Grecs anciens célébraient le solstice en l’honneur de Déméter et d’Athéna.



Tout ça parce que notre planète est inclinée...

L’inclinaison de la Terre a plus d’influence sur les saisons et la quantité d’ensoleillement reçue que la distance entre elle et le soleil. Lors du solstice d’été, le Pôle Nord est dans son inclinaison qui le rapproche le plus du soleil. Dans l’hémisphère sud, c’est le contraire : le Pôle Sud en est le plus éloigné. Voilà pourquoi le solstice d’été est à Paris quand celui d’hiver est à Auckland. Mais la Terre ne s’approche pas pour autant du soleil lors du solstice d’été. C’est deux semaines après le solstice d’hiver que cela se produit, un moment que l’on appelle le périhélie. Lors du solstice d’été, l’hémisphère nord est plutôt dans l’un de ses moments les plus éloignés de l’astre, soit l’aphélie.


Mais pourquoi donc notre Terre penche-t-elle ?

Lorsqu’un objet de la taille de la planète Mars (nommé Théia par la communauté scientifique) s’est écrasé sur Terre il y de cela 4,5 milliards d’années, les débris de l’impact se sont retrouvés dans l’espace et auraient formé la Lune. Sous l’impact, notre planète aurait été inclinée dans un angle de 60 à 80 degrés et sa vitesse de rotation aurait été multipliée 10 fois ce qu’elle est aujourd’hui. Le tout se stabilise depuis cet événement et notre degré d’inclinaison est maintenant de 23,5 degrés, ce qui explique nos changements de saisons.


Le solstice, un délire beatnik mondialisé ?

Selon le folklore païen, des esprits maléfiques feraient leur apparition lors du solstice. Pour les éloigner, on portait à son cou des guirlandes de fleurs et d’herbes. L’une de ces plantes les plus efficaces, la « chasseuse de démon », est appelée aujourd’hui l’Herbe de la Saint-Jean. Les partisans de la parade du solstice de Seattle, un rendez-vous annuel dans le quartier artistique de Fremont, proclament qu'elle "jette un sort de joie, d'espoir et de renaissance qui se propage de Fremont à l'univers entier". Les Painted Cyclists, un groupe de cyclistes sans vêtements qui portent un maquillage corporel intense, contribuent à jeter ce sort.



Retour dans notre vieille Europe : les fêtards regardent le soleil se lever sur les menhirs du monument préhistorique Stonehenge, près d’Amesbury dans le sud de l’Angleterre. Touristes et druides d’un jour s’y réunissent dans une prière moderne à la nature. Beaucoup d'entre eux portent des vêtements celtiques, même si une civilisation connue sous le nom de Beaker People a terminé Stonehenge un millénaire avant l'arrivée des Celtes. Les pierres composant cette structure mégalithique auraient été ainsi placées pour célébrer le solstice d’été, le lever du soleil étant parfaitement aligné avec la pierre centrale ce jour-là.



Tous frères et sœurs à travers le monde ?

De la Grèce à la Russie, en passant par le Mexique, esclaves et riches propriétaires auraient fêter l'avènement du solstice ensemble.


De la Grèce antique...

Selon certains calendriers, les Grecs accueillaient l’arrivée du Nouvel An lors du solstice. Les célébrations, un festival appelé Kronia en l’honneur de Cronus, dieu de l’agriculture, duraient toute la journée. Les esclaves étaient alors invités à se joindre aux festivités, à manger et participer à des jeux aux côtés des gens libres. Les olympiades de l’époque débutaient un mois plus tard.


...à la cité Maya de Chichen Itza...

El Caracol aurait été l’observatoire de la cité maya de Chichén Itzá dans la jungle du Yucatán, au Mexique. Les marches de façade de l’édifice font face à la position la plus nordique de Vénus, et les pointes de la structure tendent vers le lever du soleil au solstice d’été et vers son coucher au solstice d’hiver.


De l'Alaska...

En Alaska, on célèbre le solstice d’été en participant à une partie de baseball de nuit. Celle-ci débute à 22h30 et se termine au petit matin. Cette tradition a débuté en 1906, et la 116e partie a eu lieu en 2021. Et en Islande... C'est au golf de minuit que l'on aime jouer!


...à Saint-Pétersbourg

Le Festival des nuits blanches de Saint-Pétersbourg dure un mois. Lors du solstice d’été, la période d’ensoleillement est de près de 19 heures dans la ville russe et les habitants en profitent pleinement. Lors du Festival des nuits blanches, spectacles de ballet et opéra débutent parfois à minuit. Plusieurs activités ont lieu à l’extérieur, la pénombre y étant quasi-inexistante.



Les fées aussi sont de sortie

Selon des légendes européennes, les fées et autres créatures mythiques n’hésitent pas à faire acte de présence le soir du solstice . C’est la source d’inspiration pour l’œuvre A Midsummer Night’s Dream du barde anglais (Midsummer, autre nom pour le solstice). Shakespeare y raconte l’histoire d’Oberon, roi des fées, de son serviteur malicieux Puck et de la reine des fées Tatiana.



Un peu de sérieux à propos du solstice


Nos amis de la science qu'en disent-ils ?

Vous n’y avez sans doute jamais songé, mais le solstice d’été n’est pas un événement uniquement réservé à notre planète. Toutes celles de notre système solaire en ont un. Celui de Mars, par exemple, survient quelques jours après le nôtre, en juin. Sur Uranus, le solstice d’été arrive… une fois tous les 84 ans! Là-bas, une saison dure 21 années. Ça fait des hivers très longs…

Et le soleil continue de briller. Les modèles d'évolution stellaire estiment que le soleil est environ 40 % plus lumineux aujourd'hui qu'il ne l'était lorsque la Terre s'est formée il y a 4,5 milliards d'années.


Les Grecs se sont servis du solstice d’été pour calculer la taille de la Terre

Au cours du troisième siècle avant Jésus-Christ, l’astronome et mathématicien grec Ératosthène (-276 à -194), également bibliothécaire en chef à la Bibliothèque d’Alexandrie, savait que le soleil du solstice d’été serait directement au-dessus de la ville de Syène (l’Assouan d’aujourd’hui), l’Égypte se situant presque exactement sur le Tropique du Cancer. À Alexandrie, située au nord de Syène, le soleil projette toujours de l’ombre, même au solstice.


Ératosthène a donc réalisé qu’il pouvait utiliser l’angle du soleil d’Alexandrie et la distance connue entre les deux villes pour obtenir la circonférence terrestre. Il est arrivé à un chiffre très proche de la véritable réponse (40 075 kilomètres). De plus, il a aussi pu calculer l’inclinaison de la planète.


Les Égyptiens auraient pris le solstice d’été en considération en construisant les pyramides

Mark Lehner, égyptologue et expert du Sphinx, a observé que lorsqu’une personne se tient près du célèbre Sphinx lors du solstice d’été, le soleil semble se coucher exactement entre les pyramides de Khéphren et de Kéhops. Ceci est remarquablement similaire à un hiéroglyphe, Akhet, qui signifie approximativement «horizon». «Il est impossible de savoir si cette similarité est une simple coïncidence. Si cela est intentionnel d’une manière ou d’une autre, il s’agirait d’un grand, immense exemple d’architecture illusionniste», écrit Mark dans Archive of Oriental Research.



Toujours est-il que les rats et les chauves-souris, eux, ne sont pas de la fête...

Chez l’humain, il n’est pas rare d’être triste ou anxieux l’hiver venu, lorsque la durée d’ensoleillement est à son plus bas. Chez les rats nocturnes, c’est l’inverse.

«Pour les rats, les longues journées causent du stress, alors que les longues nuits nous font cet effet», indique Nicholas Spitzer, professeur de biologie à l’université de San Diego. Des rats exposés à 19 heures d’ensoleillement et 5 heures de pénombre ont moins tendance à s’aventurer dans un labyrinthe et présentent moins de volonté à nager, selon son étude.

Sous le soleil, la vie n'est pas facile non plus pour les chauves-souris qui disposent de très peu de temps pour chasser : moins de deux heures par jour, lors du solstice d’été.


Mais le solstice d’été ferait le bonheur des humains

Une étude de l’université Cornell a épluché les gazouillis sur Twitter d’environ 2 millions d’utilisateurs à travers le globe : plus les journées sont longues, plus les messages qu’on y trouve ont un ton positif et inversement !


Pendant ce temps, à l'Agence éditoriale SOLTICE...

La plume sur le papier glisse, semant des indices pour atteindre le boxoffice, sans maléfices, tout juste un peu de malice.

37 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout